Ré(citation) du mois…


Avec un jour d’avance pour le sujet mais un de retard pour sa publication (on est quitte!), voici des dictons d’actualité ^^

 

"Au mois de septembre, le feignant peut aller se pendre"

"En septembre, le raisin ou la figue pendent." (pas glamour!)

"Nuées de septembre, pluie de novembre, gel en décembre" (ouiiiiiiiii!!!!!)

 

Allez à toute pour le billet du 1er septembre :p

 

Celle qui vit depuis 6000 ans… (1)


Il s’agit du quartier de Bercy dans le 12e arrondissement de Paris. Bien avant qu’elle ne soit rattachée à la capitale française, Bercy était une petite ville au style campagnard.

Voici une première partie de l’histoire de ce quartier parisien que j’ai pu découvrir à la suite d’une exposition d’affiches dans la / le célèbre cour Saint-Emilion d’où j’ai issu le texte ci-dessous.

A bercy, l’histoire remonte à près de 6000 ans… Ainsi l’attestent les fouilles menées dans les années 1990 qui mirent à jours des milliers d’objets de la vie quotidienne : céramiques, outils, armes et autres ossements ou pollens… nos lointains ancêtres surent profiter de la proximité du fleuve, et de la protection qu’il offrait, d’un environnement riche, propice à la pêche, à la chasse, à la cueillette, puis à l’élevage et à la culture.

Certaines de ces pièces témoignent d’échanges avec de lointaines contrées : à Bercy, le commerce fluvial ne date pas d’hier ! Preuves supplémentaires, les pirogues en chêne monoxyle (taillées dans une seul pièce de bois) retrouvées sur place, restent les éléments les plus spectaculaires de ces découvertes : on peut les admirer dans une salle du musée Carnavalet spécialement aménagée à cet effet. Rançon de la gloire, elles ont donné leur nom à une rue voisine, ce qui ne va pas sans intriguer les passants ! Toutes ces trouvailles autorisent à penser que Bercy est l’un des plus anciens quartiers de la capitale. Paris serait-il né à Bercy ?…

Bercy des résidences… Au 18e siècle, il était de bon ton pour les nobles et les notables de l’est parisien de posséder sa « campagne » à Bercy. Treize résidences se succédaient alors entre les actuels boulevards de Bercy et Poniatowski. Leurs jardins descendaient en pente douce jusqu’à des terrasses aux magnifiques perspectives sur la Seine et les environs. Le chemin, dit « le chemin le long de la rivière », conduisait en particulier au château de la famille de Malon édifié d’après des plans de le Vau, architecte des bâtiments royaux, et considéré comme un chef d’oeuvre de l’art décoratif du 18e siècle.

A la révolution, les résidences sont converties en magasins à vins, des rues sont tracées à travers les jardins. Exemptées des taxes d’octroi car située à l’extérieur de Paris, la commune de Bercy créée en 1790 connaîtra, grâce au commerce du vin, un formidable essor économique, accompagné par la multiplication des guinguettes où les parisiens aiment à se retrouver et festoyer.

En 1859, l’annexion de la commune de Bercy à la capitale, et la création des entrepôts allaient porter un coup fatal aux joyeux Bercy et aux derniers vestiges du Bercy des résidences. Seuls, de ce riche passé, subsistent aujourd’hui dans le parc de Bercy l’aile droite du Petit Château, et le tracé de quelques allées telles celle de la cour Saint-Emilion et des pavillons Lheureux voisins..

 

Le Joyeux Bercy… Bercy fut longtemps un lieu de réjouissances populaires. La proximité du fleuve, la présence de nombreuses guinguettes et le débit de boisson, du plus modeste au plus réputé, conféraient au lieu une grande renommée.

En semaine, les négociants et leurs clients se retrouvaient au Rocher de Cancale ou aux Marronniers car aucun affaire importante ne pouvait se traiter ailleurs qu’autour d’une bonne table. Du matin au soir on assistait à un perpétuel va-et-vient de consommateurs qui possédaient leur rond de serviette et leur place attitrée. Au menu du jour on trouvait gibelotte, ragoût, merlan sauce Bercy, entrecôte marchand de vin, matelote ou friture pêchée en Seine, le tout accompagné d’un Beaujolais ou d’un Mâcon.

Le dimanche, c’était une cohue d’artistes, d’étudiants, d’ouvriers venus s’amuser ou canoter dans un cadre champêtre. On trinquait sous les tonnelles, on s’y embrassait aussi, on chantait, on dansait, on riait et les canotiers, immortalisées par Honoré Daumier, caricaturiste fameux, étaient les plus exubérants. La Seine se couvrait alors d’embarcations qui s’en allaient joyeusement explorer les contrées « lointaines » de Suresnes, de Charanton ou de Nogent…

Aujourd’hui, Bercy et devenu un quartier ainsi qu’un grand parc avec son coin nommé "Cour Saint-Emilion" en raison des entrepôts restaurés et transformés en promenades.

Seule, une partie de ces entrepôts dédiée aux vins ainsi qu’au cirque essaie de garder ses origines… avec en particulier ce chemin inaccessible au public…

A suivre…

Allez, à la révisto !

Celui qui fait de Montréal, des beautés…


Il s’agit de Pierre Chantelois grâce à qui j’avais remporté et publié un billet sur les Kreativ Blogger Award.

Son blog nommé "Les Beautés de Montréal" existe depuis 2009. Pierre y regroupe quotidiennement des photos de sa ville : Montréal, et, parfois s’évade autour de celle-ci… Les (plus que jolies!) photos sont regroupées par des thèmes choisis au gré des humeurs de la ville et surtout des saisons.

Il a résumé son blog en ses mots :

"Ce que je vous propose est la manifestation d’une nouvelle passion, la photographie. Ce loisir consiste donc à capter des situations, une actualité, un souvenir, des symboles, des gens et une ville. Montréal sera le champ d’action de cette passion qui se déroulera… jusqu’à épuisement. Pierre R. Chantelois"

Voici l’une des photos de son dernier billet publié en ce jour…

… ainsi qu’un panaché de ses photos que j’ai regroupé en un album personnel.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Celle qui m’avait créé un coup de coeur est celle figurant sous mes yeux à longueur de journée à mon / ma job… La fin de l’année approche et j’ai décidé d’établir un nouveau calendrier avec quelques photos de Pierre. Dur va être de choisir !…

Allez, à la révisto et…

vivement ce soir vers minuit que je reçoive l’alerte mailing m’avertissant d’un nouveau billet sur Les Beautés de Montréal ;)

Ceux qui risquent de s’abonner en illimité au limité….


Y’avait longtemps que je n’avais pas publié de vdm!…

De grandes rumeurs concernant l’accès libre à Internet sont à l’ordre du jour. Publiquement, elles restent toutefois assez discrètes…

Comme au tout début de l’arrivée du net dans nos foyers, les FAI (fournisseurs d’accès à Internet) sont en grande étude de mettre des plafonds de consommation. Il est clair que les opérateurs n’auront qu’à se frotter les mains si l’étude prendra forme… «  Quitte à prendre les consommateurs pour des vaches à lait, et à revenir sacrément en arrière ». Cliquez ici pour vous énerver un peu plus…

Pour faire simple, l’internet fixe dans les foyers deviendrait comme celui des téléphones portables (cellulaires) limité à un nombre de Go dans un forfait mensuel. Restera à voir quel sera ce nombre où plutôt ces nombres car les opérateurs en profiteront certainement pour nous manipuler comme déjà dans les abonnements télévision etc…

Par ailleurs, je ne pense pas que ce soit une révolution pour la majorité d’entre nous. Seuls les quelques pour-cents de gens qui téléchargent illégalement devraient être touchés de plein fouet (!)…. Tout dépendra des montants et quantités en Go possibles dans les futurs forfaits. L’arrivée de la fibre optique vaut-elle vraiment le coup ?…

A coup sûr, l’Etat sera favorable à ces mouvements suite à son énième échec sur la loi HADOPI…

Si le nombre de Go mensuels sera assez élevé, je n’ai rien contre l’avenir Internet. En revanche s’il sera faible, et que tout achat internet de musique ou de film se verra pris les quantités de Go devant passer du net sur notre disque dur, il est clair que j’abandonnerai l’achat des «fichiers» multimédia (car je ne télécharge pas illégallement moa !)

Côté technique informatique :
1 gigaoctets (Go) = 1000 mégaoctets (Mo). Chaque pages internet consultée ou fichier manipulés (lu, enregistré, téléchargé) sera comptabilisée… Quelques exemples :
1h de surf ou d’utilisation d’applications = environ 15 Mo ;
50 mailings sans pièce jointe envoyés ou reçus = environ 1 Mo ;
1 photo envoyée ou reçue = environ 1 Mo ;
1 heure de TV ou de musique en streaming en 3G = environ 100 Mo.
 

Pour vous amusez, en attendant de connaître les forfaits de Go du fixe (si cette « révolution » Internet prendra forme et sachant qu’aux Etats-Unis, l’abonnement mensuel est de 250 Go…), vous pouvez juger votre quantité de gourmandises multimédia Go à limiter sur vos téléphones portables (cellulaires) en cliquant ici… A vos plannings, gestions et produits en croix !…

Allez, surfez pendant qu’il en est encore temps… et à la révisto !

Celui qui nous gronde un bon coup !


Cela fait une heure que le ciel résonne et que le bonheur se réveille en moi !

Que c’est beau, un ciel orageux qui brille de mille feux !…

Que c’est apaisant, cet écoulement d’averses non-stop !….

Que c’est agréables, les rues se désertent et que tout le monde court chez soi !…

Vive le ciel gris ! même si je me fais des ennemis !…

Allez, à la révisto !

Ceux qui devraient nous surprendre… ?


Du moins, je l’espère ! Avant le retour fin septembre de la saison 3 de la série Glee,

voici l’extrait d’une reprise de "Fashion" titre de David Bowie (remis au goût du jour et très gleeké)

J’espère que la vidéo entière fera partie du retour de la série à la télé…

 (PS : la fashion’s night out (aura lieu le 8 septembre)… M’en fiche, la redoute suffit ! ;) )

Allez, à la révisto sur la saison 3 /o/

Pour les curieux et/ou non connaisseurs, voici la VO de Fashion….!